;

Condamner le bromure de méthyle

Tenter la biofumigation

Assénir par solarisation

Utiliser les engrais verts
****

Tableau des engrais verts

Fabriquer son compost
et l'utiliser

Faire tourner les cultures, la rotation au potager bio

Planter des alysses

Le purin d'ortie, la décoction d'ail

Que faire des limaces

lutter contre : l'altise des crucifères, la piéride, le puceron , le doryphore

rotation des cultures en jardinage biologique Ortie limace Piéride

Les plantes compagnes

Le mildiou, l'oïdium, l'hernie des crucifères, la fonte des semis et autres maladies

Les auxiliaires 100% nature du jardinier
Hérisson, guêpes, carabes, araignées...








 

 

Rejeter tout ce qui est à base de bromure de méthyle : Ce produit toxique, un fumigant chimique, est nocif pour :
Les humains (problèmes, respiratoires, cancer de la prostate)
La vie animale dans toutes ses formes ou presque
La terre : polluant les nappes phréatiques, les écosystèmes, agissant sur l'ozone.
Son usage est banni théoriquement dans les pays industrialisés..mais...


retour haut de page

 

 

 

 

Assainir la terre avant de planter par solarisation : recouvrir la terre d'une bâche de plastique transparente et laisser le soleil stériliser le sol pendant quelques semaines

 

retour haut de page

 

 

 

 

Tenter la biofumigation : en enfouissant des plantes qui vont libérer des fumigants "naturels": essentiellement de la famille des crucifères , choux, moutarde

Les fumigants sont des insecticides qui pénétrant dans les voies respiratoires des insectes vont les détruire.

 

retour haut de page

 

 

 

 

Planter des alysses : cette crucifère, particulièrement Lobularia maritima ou Alyssum maritimum, a montré dans une recherche faite en californie sa capacité a attirer une foule impressionnante d'insectes bénéfiques pour les vergers, et par affinité, pour les potagers ! source : Ecologycal Agriculture Project (en français) Ce n'est pas la seule plante amie, la carotte sauvage, la menthe, les marguerites..Un potager tout fleuri, c'est joli, et certaines fleurs peuvent se manger

 

retour haut de page

 

 

Engrais vert :

  1. Présentation : les engrais verts présentent de multiples avantages qui sont tous écologiques, alors pourquoi s'en priver.
    Ils recouvrent rapidement le sol, évitant la pousse des mauvaises herbes dont ils stoppent par concurrence les racines.
    Ils vont former à l'enfouissage une masse importante de matières organiques qui vont enrichir le sol.
    Ils vont éviter le lessivage du sol par la pluie et réduire la pollution par les nitrates, en les absorbant et décompacter le sol, comme le ferait un labour profond.
    Ils attirent des insectes utiles qui vont entrer en concurrence avec des nuisibles.
    Enfin : ils limitent les maladies parasitaires mycologiques du sol.
  2. Comment s'y prendre :
    Avant fin septembre, après avoir griffé le sol superficiellement, semer à la volée par exemple du colza, de la phacélie, de la moutarde blanche ou de la vesce.
    Courant octobre vous pouvez, enlever quand même les mauvaises herbes (liserons, chiendent,...)
    Fin octobre passer la tondeuse sur votre engrais vert pour le broyer. Laisser sécher 2 à 3 semaines
    Ensuite, enfouir superficiellement et laisser se décomposer (au moins 6 semaines) avant d'utiliser la planche au printemps
  3. Ceci à titre indicatif : vous pouvez semer des engrais verts quasiment toute l'année et pour différentes durées de jachères..
  4. Astuces : pratiquer cette technique entre deux cultures au potager, dès qu'une planche est libérée. Utiliser dans ce cas du lupin blanc et de la moutarde blanche.
    Respecter la rotation des familles de plantes. Le chou, le colza, la moutarde sont des crucifères (brassicacées). La vesce, le trefle violet sont des légumineuses. La phacélie une hydrophylacée.

Au printemps : ah quelle belle terre propre, azotée et riche rien à rajouter.

Vous trouverez ces semis en vente dans les magasins spécialisés. Voir le tableau comparatif des différents engrais verts >>

 

retour haut de page

 

Fabriquer son compost et l'utiliser.
Il faut de 4 mois à un an pour obtenir du compost utilisable. Vous pouvez utiliser un conteneur spécial en vente dans les magasins spécialisés ou faire votre compost à même la terre dans un endroit discret. Votre compost apportera à la terre : (azote (N), phosphore (P), potassium (K),calcium (Ca), magnésium (Mg)

Que peut on mettre dans son compost ?

vos déchets de cuisine

Vos déchets du jardin

Ne pas mettre

pelures de fruits et de légumes

feuilles mortes  et petits morceax de brindilles

les mauvaises herbes montées en graines

fruits et légumes abîmés restes de fruits et de légumes

tonte de votre jardin

les plantes, les légumes et feuilles malade

les coquilles d'oeufs

débris de jardin

les produits chimiques : insecticides , engrais chimiques etc..

pâtes alimentaires et riz, pain

paille, foin

les os, les poissons la viande

le marc de café, les filtres, les sachets de thé,

fleurs fanées, plantes mortes

les noyaux de fruits (avocats, pèches, abricots..)

le papier essuie tout et journal en lamelles cendres de bois et terre les produits laitiers, les huiles
  1. Combien ? : pour avoir un bon rapport carbone et azote. (C/N)
    Les matières riches en carbone sont les matières "brunes, dures et sèches" soit le bois, les feuilles mortes, le papier, la paille.
    Les matières azotées sont "vertes, molles et moulllées", soit les herbes, les déchets de cuisines, les plantes.
    Mettez 20 à 30 fois plus de matières brunes que de matières vertes , et gardez votre matière grise ! :)
  2. Aérer/Brasser
    Les micro­organismes qui sont les agents actifs du compostage ont besoin d'oxygène. Pour obtenir un bon compost il faut donc mélanger et alterner les différents types de déchets, et aérer pour renouveler l'oxygène.
    Le brassage permet aussi de prévenir, durant le compostage, les excès ou les manques d'humidité tout en mélangeant les différents niveaux de décomposition.
  3. Arroser peut être :
    S'il fait sec, que votre compost se désseche, les micro organismes en font de même et meurent. Maintenez votre compost humide en l'arrosant. Attention, par contre, il ne doit pas dégager de mauvaises odeurs : cela serait au contraire le signe d'un excès d'humidité et de pourrissement !(vous y remédieriez en ajoutant un peu de terre, en brassant et en aérant)
  4. utiliser : le compost doit avoir atteint sa maturité : il ne chauffe plus, il se désagrège en petits grains entre les doigts. Sa couleur est sombre et il sent bon la terre des forêts.
    En cas de doute, vous pouvez tester votre compost, en semant des graines de cresson dans des petits pots remplis de compost. Il ne germera pas, ou mal, si le compost n'est pas mûr. Non mûr il s'emploie comme paillage.
  5. En quelle quantité ?
    Sans mesurer avec une balance au gramme près, les quantités indicatives sont les suivantes :
    • Plantes gourmandes : les cucurbitacées, les solanacées, le poireau et les artichauts vous pouvez enfouir de 3 à 5 kg par mettre carré
    • Plantes ayant l'appêtit en compost tranquille : 1 à 3 kg de compost par metre carré - les carottes, les betteraves, les haricots les salades, les petits pois et les asperges.
    • Plantes qui n'en n'ont pas besoin : des brassicacées commes les radis, navets, choux; et aussi ail, échalotes et oignons.

 

retour haut de page


 

Purin d'ortie
Dans un seau en plastique (pas de métal) hacher grossièrement 1 kg d'orties non montées en graines, dans 10 litres d'eau.
Laisser macérer ; selon la température extérieure il vous faudra :  
- 2 à 3 jours pour obtenir un insecticide et fongicide naturel
- 10 à 15 jours pour servir d'engrais .
Plus il fait chaud et plus la fermentation est rapide, les durées indiquées ici sont estimées à 18/19° C. L'odeur dégagée est forte et assez désagréable, couvrez.
Quand il est prêt et pour pouvoir le conserver : filtrer.

Le purin d'ortie ne doit pas être employé pur : les dilutions conseillées sont les suivantes :
- pour vaporiser sur les feuilles contre les pucerons : 0.5 à 1 litre de purin pour 10 litres d'eau
- Pour servir d'engrais, aider les plantes à résister aux maladies, notamment le mildiou : 2 litres pour 10 litres d'eau en arrosage au pied tous les 15 jours.

Astuce : pour pouvoir le filtrer facilement, mettez les feuilles dans un sac en toile de jute, en gaze ou en mousseline. Il vous suffira de soulever le sac et de le laisser s'égoutter au dessus du seau. Jeter ensuite les feuilles dans votre compost : le purin est un excellent activateur.

C'est magique, utile, facile à faire et complètement écologique ! Bien filtré, mis en bouteille fermées et conservé dans un endroit frais, il vous servira plusieurs semaines. Raison de plus pour réserver un coin sauvage au jardin, ou aller se promener. Prendre des gants !


Purin d'ail

Usage : essentiellement fongicide contre le mildiou, l'oïdium et la rouille, mais il débarasse aussi des pucerons
Hachez 2 à 3 gousses d'ail, jettez le hachis dans litre d'eau bouillante. Couvrez et laissez infuser 12 h. Filtrez et vaporisez recommencez 3 fois à 3 jours d'intervalle.
La préparation ne se conserve pas.

 

 

Que faire des limaces ?

  1. Le ramassage manuel : Efficace s'il est poursuivi avec acharnement. Si vous ne désirez pas ensuite tuer vos limaces , allez les perdre plus loin, dans un terrain vague, un bois, en tout cas situé à plus de 7 mètres du votre potager. Les limaces renoncent à parcourir une telle distance et dans leur nouvel habitat peuvent s'installer.
  2. Favoriser leurs prédateurs naturels : le hérisson, apportez lui de quoi s'installer chez vous : un coin sauvage, avec feuilles seches, bois et brindilles pour faire son nid.
    Les grenouilles et crapauds : en plus de leurs concerts vespéraux, ils éliminent aussi d'autres indésirables : une petite mare à grenouilles si vous avez la place quelle chance !
    Les oiseaux : régalez vos merles !
    Laissons faire les carabes : ils aiment aussi. Ils sont même de gros prédateurs ! (tiens en plus ils sympatisent avec la phacélie (voir engrais vert) . Pour leur donner refuge, dans le coin sauvage de votre jardin, installez quelques pierres plates légèrement surélevées du sol, à l'ombre et à l'humidité : limaces et avaleurs de limaces seront contents. Allez voir et mieux connaître les carabes >>>>
  3. Défavoriser leur implantation : ne pas laisser traîner près du potager ce dont elles raffolent : un bon coin de déchets en décomposition, une vieille planche, des pierres, des tuiles qui conservent l'humidité. Faites un coin sauvage pour çà ET faites le exprès et ramassez.
    Mettez des "barrières" en entourant les espaces à protéger de sable, cendres ou d'aiguilles de pin - ce qui sera efficace surtout quand il ne pleut pas !
  4. Gare aux pesticides : ils tuent les bons prédateurs et si vous les utilisez : mettez les au fond du bouteille pour que seules les limaces y mettent leur nez .. mais sachez que la consommation de limaces empoisonnées vont tuer oiseaux, hérissons, et insectes utiles et pour certains protégés! Respectez les doses indiquées par le fabricant, limitez cette opération dans le temps le plus court.

retour haut de page

©2008 jardin-a-manger